Colère incontrôlée ou violence?

Il est important de faire une distinction entre la colère incontrôlée et les gestes de violence même si, dans les deux cas, des comportements inadéquats peuvent survenir.

La violence est souvent perçue comme un geste de contrôle ou de domination envers l’autre. La colère incontrôlée se définirait plutôt comme une perte de contrôle de ses charges émotionnelles sans être liée à un désir de contrôle ou de domination.

Cette distinction permet de distinguer les personnes violentes des personnes qui gèrent mal leurs émotions.

Colère incontrolée

Montée de la colère

La colère est généralement déclenchée par un stimulus négatif suivi d’un discours intérieur dans lequel la personne se sent impuissante et persécutée.

En soi, la colère est une émotion saine qui nous permet d’affirmer nos limites et qui nous pousse à l’action.

Toutefois, lorsqu’elle est mal gérée, la colère peut nous amener à dire des choses ou à poser des gestes que l’on regrette par la suite.

Deux types de colères :

La colère rouge

Dans cette forme de colère, la respiration est présente, courte et haute.  Une tension musculaire s’installe dans le haut du corps, particulièrement au niveau du cou et du visage.

Cette montée émotionnelle de colère est rapide et la décharge se fait souvent par le cri ou un geste brusque (ex: coup de poing, coup de pied, briser ou lancer un objet, etc.).

Cette expulsion rapide relâche la tension accumulée et entraîne une diminution de la charge émotionnelle et un certain soulagement.

La colère blanche

Dans ce type de colère, plutôt que de rougir, la personne blanchit puisqu’elle bloque presque complètement sa respiration et un manque d’oxygénation au cerveau survient.

Ce qui caractérise la colère blanche est l’arrêt quasi total de tous mouvements ainsi que la contraction importante de certains muscles (ex: abdominaux, mâchoire …) .

Dans cette forme de colère, les charges émotionnelles montent progressivement dans un corps immobile et dans un état catatonique (inertie et absence de réactions aux stimulations).

Si la personne demeure dans cet état pendant plusieurs minutes, un état d’urgence peut s’installer, un peu comme un instinct de survie, afin de rétablir une oxygénation dans le corps.

Le malaise est tel que ce type de colère entraîne un passage à l’acte qui se prolonge dans le temps.  La personne « décharge » pendant plusieurs minutes, en cris, en hurlements, en destruction d’objets ou encore en coups multiples.

Traitement de la colère

Les personnes qui demandent de l’aide pour des comportements violents ou agressifs sont souvent sujettes à des colères incontrôlées.

La gestion de la colère sera possible par des moyens différents, selon le type de colère et la manière de la vivre.

Tout le monde vit de la colère dans des intensités variables.  À défaut de pouvoir l’enrayer, le défi est de savoir la gérer

Thèmes de nos thérapies de couple